Un espace de communication... Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, l’avis des lecteurs, c’est au quotidien..., la “Lettre” mensuelle...

À LA UNE

À LA UNE

juin 2020


EDITORIAL

« Grands patrons » et actionnaires du CAC40 : c’est difficile de parler pour eux de manque à gagner ! Après la pandémie du Covid-19, La récession économique mondiale s’affirme. A en croire les dernières conclusions sur cette période de confinement des personnes et de l’économie, beaucoup de dirigeants, de « grands patrons » et d’actionnaires du CAC40 peuvent se réjouir pour eux-mêmes des retours de cette période marquée par un fort ralentissement de l’activité. Leur situation ne manquera pas de leur permettre de tenir le coup ! C’est ce que Paolo Garoscio d’« Économie Matin » nous rappelle dans un de ses récents articles.

A LA UNE

Activité et Emploi : les prémisses d’une catastrophe annoncée ? Combien de fois faudra-t-il encore le répéter ? Cette crise financière n’est qu’un premier acte. C’est d’abord la crise économique qui sera le déclencheur d’une crise sociale de grande envergure. Avec le confinement et l’arrêt d’une grande partie de l’activité économique du pays, les aides publiques permanentes nécessaires de l’État se répand à crédit tous azimuts. L’activité et lemploi sont la « priorité des priorités » incompatible avec des annonces dithyrambiques. Il n’y a pas de place pour Le « en même temps » Nul ne peut se contenter d’autosatisfaction permanente en détournant l’attention d’un problème vital pour la France.

THEMES

Quel avenir pour la transition énergétique aujourd’hui ? Désormais on ne parle plus d’énergie, mais de transition énergétique avec des « énergies renouvelables ». Pour se limiter à l’Union européenne, leur production a été mise en exergue partout. Qu’il s’agisse de la « voiture électrique », de l’« éolien » et du « solaire », elles ne permettront pas de satisfaire les ambitions de leurs fervents promoteurs. Face aux besoins réels, compte-tenu des piètres résultats, ce seront déjà des dizaines de milliards d’euros qui risquent d’être gaspillés ne serait-ce qu’en France pour des résultats médiocres et sans issue.

Covid-19 dans l’UE : des approches sanitaires et des moyens différents… La France a consacré 11,3% de son PIB aux dépenses de santé en 2017. L’Allemagne 11,2 %. Ces deux pays auraient dû être logiquement les deux leaders européens dans la lutte contre le coronavirus. Comment expliquer alors que la France se retrouve avec l’Italie et l’Espagne dans le peloton de queue des grands pays européens avec un nombre de décès très supérieur à celui de l’Allemagne ? La réponse pourrait se trouver dans les structures de gouvernance mais aussi industrielles.

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012