Un espace de communication... Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, l’avis des lecteurs, c’est au quotidien..., la “Lettre” mensuelle...
Accueil du site > ARTICLES DE PRESSE > Novembre 2020> Vers une année record pour l’épargne en France

Novembre 2020

Vers une année record pour l’épargne en France

novembre 2020


Du 27/11/20 pour LE PARISIEN

Les Français ont épargné 90 milliards d’euros supplémentaires sur les neuf premiers mois de l’année.

Les Français n’ont jamais été autant des fourmis. Du fait de la crise sanitaire et économique, selon les derniers chiffres de la Banque de France, le niveau d’épargne a atteint un niveau record.

Sur les trois premiers trimestres de l’année, la crise du Covid-19 a engendré une épargne supplémentaire de l’ordre de 90 milliards d’euros, soit 4 % du PIB.

Une attitude de prudence et la volonté de se constituer une épargne de précaution qui s’explique par la crise du coronavirus, les inquiétudes pour l’avenir et la remontée du chômage.

Ainsi, le taux d’épargne des Français qui était de l’ordre de 15 % au quatrième trimestre 2019 est passé à près de 26 % au deuxième trimestre de cette année.

Voulant avoir une disponibilité rapide de cette épargne, les Français ont privilégié les placements les plus liquides comme le Livret A. Entre janvier et octobre, la collecte nette du Livret A s’est élevée à presque 25 milliards d’euros. En revanche, l’assurance-vie, premier placement en France avec un encours de 1 753 milliards d’euros a été délaissée. Entre janvier et octobre, l’assurance-vie a connu une décollecte de 7,3 milliards d’euros. Une baisse qualifiée d’« historique » par Franck Le Vallois, nouveau directeur général de la Fédération française de l’assurance.

Toutefois, certains ont préféré miser sur des placements plus risqués en se souvenant du bon adage boursier : « il faut acheter au son du canon ». Selon un rapport trimestriel du groupe BPCE, les titres ont fait l’objet entre mars et septembre « d’achats opportunistes » pour 15,6 milliards d’euros, contre 1,4 milliard en moyenne en 2018 et 2019 sur la même période. Avec l’effondrement des marchés en mars qui ont depuis rebondi, un certain nombre d’épargnants ont vu une opportunité d’investir à bon compte. Une forte disparité chez les épargnants

Cependant, tout le monde n’a pas la possibilité d’épargner et les disparités sont grandes. Selon un sondage Kantar mené pour la Banque de France, « seul un Français sur quatre déclare avoir pu mettre plus d’argent de côté que d’habitude » durant le confinement.

Et « certains ménages défavorisés n’ont malheureusement pas pu du tout épargner », reconnaît le patron de la Banque de France.

La part des 18-24 ans qui a déclaré avoir pu davantage épargner était légèrement au-dessus de la moyenne des Français (40 %) tout comme celle des foyers gagnant plus de 3 700 euros par mois (39 %). Par ailleurs, les hommes semblent avoir plus épargné que les femmes qui ont souvent des emplois plus précaires. En d’autres termes, la crise a encore creusé certaines inégalités.

Cette épargne va aussi représenter un casse-tête pour le gouvernement. En effet pour relancer la machine économique, il faut que la consommation qui est l’un des piliers de la croissance reparte au moment de la sortie de crise. Mais pour cela, il faudrait que les Français retrouvent une bonne dose de moral, ce qui n’est pas le cas actuellement.

à suivre dans LE PARISIEN

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012