Un espace de communication... Avec " Actualité et Propos de presse" , l’information, l’avis des lecteurs, c’est au quotidien..., la “Lettre” mensuelle...
Accueil du site > PROPOS DE PRESSE > Novembre 2019> Macron juge l’Otan en état de « mort cérébrale », l’UE « au bord du précipice (...)

Novembre 2019

Macron juge l’Otan en état de « mort cérébrale », l’UE « au bord du précipice »

novembre 2019


Du 07/11/2019 par nouvelobs.com pour L’OBS

« Ce qu’on est en train de vivre, c’est la mort cérébrale de l’Otan », a déclaré Emmanuel Macron à l’hebdomadaire « The Economist » publié ce jeudi. Quant à l’Europe, elle « disparaîtra » si elle ne « se pense pas comme puissance » mondiale.

« Ce qu’on est en train de vivre, c’est la mort cérébrale de l’Otan », a déclaré Emmanuel Macron à l’hebdomadaire « The Economist » publié jeudi 7 novembre, l’expliquant par le désengagement américain vis-à-vis de ses alliés de l’Otan et le comportement de la Turquie, membre de l’alliance.

Il faut « clarifier maintenant quelles sont les finalités stratégiques de l’Otan », a affirmé le chef de l’Etat, en plaidant à nouveau pour « muscler » l’Europe de la défense.

Le président français Emmanuel Macron s’est d’ailleurs alarmé de la « fragilité extraordinaire de l’Europe » qui « disparaîtra », si elle ne « se pense pas comme puissance dans ce monde ».

« Je ne crois pas dramatiser les choses, j’essaye d’être lucide », souligne le chef de l’Etat qui pointe trois grands risques pour l’Europe : qu’elle ait « oublié qu’elle était une communauté », le « désalignement » de la politique américaine du projet européen, et l’émergence de la puissance chinoise « qui marginalise clairement l’Europe ».

« Un petit miracle » au « bord du précipice »

« Depuis soixante-dix ans, on a réussi un petit miracle géopolitique, historique, civilisationnel : une équation politique sans hégémonie qui permet la paix. […] Mais il y a aujourd’hui une série de phénomènes qui nous mettent dans une situation de bord du précipice », insiste Emmanuel Macron, qui voit aussi l’UE « s’épuiser sur le Brexit ».

Le président français estime d’abord que « l’Europe a oublié qu’elle était une communauté, en se pensant progressivement comme un marché, avec une téléologie qui était l’expansion » . Selon le chef de l’Etat, il s’agit là d’une « faute profonde parce qu’elle a réduit la portée politique de son projet, à partir des années 1990 ».

Deuxième danger : les Etats-Unis qui restent « notre grand allié » mais « regardent ailleurs » vers « la Chine et le continent américain ». Ce basculement a été amorcé sous Barack Obama, estime le chef de l’Etat. « Mais pour la première fois, nous avons un président américain (Donald Trump) qui ne partage pas l’idée du projet européen, et la politique américaine se désaligne de ce projet. »

Enfin, le rééquilibrage du monde va de pair avec l’émergence – depuis quinze ans – d’une puissance chinoise qui crée un risque de bipolarisation et marginalise clairement l’Europe. Et à ce risque de « G2 » Etats-Unis/Chine, s’ajoute « le retour de puissances autoritaires, au voisinage de l’Europe, qui nous fragilisent également très profondément », ajoute Emmanuel Macron, citant la Turquie et la Russie.

En conséquence, il estime que « si les Européens n’ont pas un réveil, une prise de conscience de cette situation et une décision de s’en saisir, le risque est grand, à terme, que géopolitiquement nous disparaissions, ou en tout cas que nous ne soyons plus les maîtres de notre destin. Je le crois très profondément ».

à suivre dans l’OBS

Retour
Contact / Plan du site / Mentions légales    © P.RO COM - 2012